NOIR-ÉCRAN de Éric Pellet avec Jean-Marie Gleize

Share |

A l’occasion de Les Littorales «frontières en mouvements...», Rendez-vous annuel des livres et des auteurs proposé par les libraires indépendants associés et organisé par l’Association Libraires à Marseille du 12 au 16 Octobre à Marseille 04 96 12 43 42 / www.leslittorales.com et en partenariat avec Le FIDMarseille. 

NOIR-ÉCRAN de Éric Pellet (France/2008-0h34) avec Jean-Marie Gleize (voix off)

SÉLECTION OFFICIELLE - FIDMARSEILLE 2008 / COMPÉTITION FRANÇAISE

SÉANCE UNIQUE Mercredi 12 Octobre à 20h00 Cinema CESAR en présence de Éric Pellet et Jean-Marie Gleize

Soirée animée par Nicolas Féodoroff (FIDMarseille) et Pascal Jourdana (La Marelle)

*Tarif spécial 6€

Cinéma, poésie, documentaire et fiction sont autant de frontières poreuses pour mettre en évidence des formes, propos, genres en débat, et l’émergence de regards singuliers. Noir-écran entrecroise les images d’Éric Pellet, le texte et la voix de Jean-Marie Gleize.

 En ouverture, un mot : lumière, lettres noires sur fond surexposé, typographie à la matière vibratile, palpable. Voilà le programme du film d’Eric Pellet. Il superpose plusieurs ambitions. 1. Explorer le contraste: le passage du noir au blanc, l’infini nuancier des gris. C’est-à-dire l’étendue des visibilités, espérée aussi riche que l’éventail des noms de la neige chez les Inuits. 2. Jouer, vieille histoire toujours sous-exploitée, des liens labiles entre image et texte. Puisqu’une voix, celle de Jean-Marie Gleize, écrivain, récite un poème qui prête son titre au film. Noeuds lâches ou étranglés d’échos, de redondances, d’écarts, de correspondances généreuses. 3. Produire, là sous nos yeux, le corps du délit. Qui n’est autre que le « réel », souterrain, accidenté, naturalisé, animal, crépusculaire, etc., enfin vu, après avoir été dit ou lu. 4. Corps aussi, qui naît d’un récit par la grâce duquel quelque chose se met sourdement à consister au-delà des seuls battements lumineux. 5. Corps du texte, donc, objet du livre. 6. Corps enfin, exemplaire, à mi-chemin entre cadavre et relique, célèbre squelette d’un esquimau retrouvé dans un musée par celui qui, ô émoi, s’en reconnaît le fils. 

Inhumer, exhumer ; dévaler la nuit, faire remonter au jour ; encourager les disparitions, appuyer les apparitions ; faire entendre, laisser apercevoir ; laisser dire, pointer la montre. C’est dans ces allers-retours, refus qu’envisager se distingue de lire, que Noir-Écran, très loin de la conventionnelle adaptation, revendique une véritable écriture, rare cinémato-graphie. Jean-Pierre Rehm


NOIR-ÉCRAN de Éric Pellet avec Jean-Marie Gleize. Dans la ville de Marseille. Le

Cinéma
4 Place Castellane  13006 Marseille - Tél. : 0892 68 05 97


Vidéos DVD

Découvrez la boutique DVD Films sans Frontières

Déssins animés, grands classiques du cinéma mondial, documentaires ...