Avant-première du film Super Trash, réalisé par Martin Esposito

Share |

SUPER TRASH Un film de Martin Esposito (France-1h14) Sortie : 9 Octobre 2013

AVANT-PREMIÈRE Mercredi 10 Juillet 20h00 Les Variétés en présence du réalisateur MARTIN ESPOSITO

DÉBAT animé par Victor Hugo Espinosa (Ecoforum), Hélène Weglarezyk (Attac fait son cinéma)

Lionel Mallet (Surfrider Foundation Europe - antenne BDR)

Places en vente dès le 3 Juillet en caisse du cinéma

(Tarifs Habituels)

www.supertrashlefilm.com

http://www.ecoforum.fr/

http://local.attac.org/marseille/

http://surfrider13.free.fr/

Le film : Martin revient sur les lieux de son enfance. Ces lieux sont maintenant ensevelis par une gigantesque décharge à ciel ouvert. Seule sa cabane est toujours là, un ancien abri pour les ouvriers agricoles de l’époque, maintenant à la lisière de la décharge. Il décide de s!y installer et de vivre dans ce monde fait d’ordures et rythmé par le ballet, le va-et-vient incessant des camions et bulldozers qui déchargent et nivellent les déchets. Petit à petit les employés de la décharge se familiarisent avec sa présence et lui révèlent les secrets de cette “zone“ : l’endroit de l’enfouissement des fûts d’arsenic, le trajet du lixiviat, ce jus de décharge, ce poison mortel qui s’écoule à travers une rivière sauvage et foisonnante jusqu’à la mer. Martin, au fil des jours et des mois, va faire son trou dans ce monde invivable jusqu’à sembler aller vers la folie. Il se nourrit des ordures. Il essaye, malgré tout, de recréer un univers vivable au milieu de la valse des camions qui l’évitent en le frôlant. Le jeune homme ne veut pas se résigner, il essaye de rendre cet univers ludique, humain. Il écrit dans sa cabane son journal, ses pensées. Il se lave dans la rivière chaque jour comme de retour à un monde primaire. Il soigne les animaux prisonniers de cet enfer, il surfe sur la vague géante générée par les détritus. Il est au-delà de la dénonciation, il essaye par ce film, dans un effort désespéré, de faire une métaphore de notre monde loin de la culpabilité.

«Lorsque j’ai vu le film d’Al Gore, Une vérité qui dérange, j’ai eu un déclic…Un choc… Une évidence…Il me fallait faire un tour du monde des décharges à ciel ouvert, un constat mondial sur la pollution liée à la surconsommation, à la surproduction et aux problèmes de recyclage… Pour moi les pollueurs étaient les gros pays comme la Chine et les Etats-Unis… Et ça me rassurait de le croire. J’ai toujours cru que tout allait bien ici, en France. Je pensais qu’on était dans un pays sans gros problèmes écologiques. Je pensais que je pouvais faire confiance. J’ai commencé à filmer dans une décharge sur la Côte d’Azur, à deux kilomètres de chez mes grands-parents. Je croyais n’y consacrer qu’une semaine de tournage et enchaîner avec mon tour du monde. Mais très vite j’ai vu que la folie humaine était aussi présente chez moi, en France. J’ai vu les rivières empoisonnées par ce jus de décharge dont je ne connaissais pas encore le nom : le lixiviat. Alors, jour après jour, pendant deux ans, j’ai filmé ce trou immense qui peu à peu s’est transformé en montagne de millions de tonnes de déchets. Révolté, j’assistais à un drame environnemental et écologique. Ma mission est de témoigner, là où j’ai grandi, dans ma région, dans mon pays, dans l’endroit que je pensais connaître mieux que personne...» Le réalisateur, Martin Esposito


Avant-première du film Super Trash, réalisé par Martin Esposito. Dans la ville de Marseille. Le

Cinéma
37 rue Vincent Scotto  13001 Marseille - Tél. : 0892 68 05 97


Vidéos DVD

Découvrez la boutique DVD Films sans Frontières

Déssins animés, grands classiques du cinéma mondial, documentaires ...